top of page

GRAVE DANS LE SABLE - Michel BUSSI - Roman


grave dans le sable Michel Bussi roman
Gravé dans le sable - Michel Bussi

03 juin 1944, au port de Denton, en Angleterre. Cent quatre-vingt-huit rangers américains s’apprêtent à prendre d’assaut, dans des conditions inouïes, la Pointe-Guillaume, en Normandie. Pour réussir cet exploit, face aux troupes allemandes du Troisième Reich, le 9ème Rangers a besoin de compter dans ces troupes des hommes prêts à mourir pour libérer la France, et le Monde, des Nazis.

« La Pointe-Guillaume se présentait comme un piton rocheux dominant la falaise normande, coiffé d’un blockhaus et hérissé de canons ; elle était considérée par les stratèges comme l’un des sites les plus importants de l’opération Overlord. » ( page 21)

Oscar Arlington fait partie de ses hommes, mais il se demande ce qu’il fait là et n’a pas envie de mourir dans trois jours sur une plage froide de Normandie, surplombée par une falaise de 60 mètres de hauteur. Fils d’une famille politiquement célèbre aux Etats-Unis, il s’est retrouvé embarqué, au sens littéral du terme, dans cette aventure funeste, par sa mère, la sénatrice Emilia Arlington. Dans la famille Arlington, tout est une question d’honneur : son père, décoré après la Grande guerre, finit par succomber au gaz moutarde, inhalé dans les tranchées. Mais cela n’a pas suffit à la sénatrice, son fils aussi doit savoir mourir en héros.

Dans l’optique de réduire au minimum les pertes humaines, les officiers décident de procéder à un tirage au sort qui déterminera l’ordre de l’assaut des soldats.

« Il y était cette fois-ci, face à ce casque, réuni avec tous les autres dans cette salle pour ce putain de tirage au sort. Il tremblait déjà comme une feuille, rien qu’à tirer un bout de papier. Qu’est-ce que ce sera là-bas ? pensait-il, dans la lumière, sur la plage… De toute façon, je crèverai noyé dans la flotte, même s’il n’y a que cinquante centimètres d’eau. Je ne pourrai jamais atteindre la plage. Alors que je tire le numéro 1 ou 1888… » (page 27)

Mais Oscar n’est pas le héros de ce roman. Il n’en a pas l’étoffe. Trop fragile, trop peureux à l’idée de mourir. Tout ceci ne colle pas à cette période de l’Histoire. Le vrai héros, c’est Lucky Marry, un autre soldat qui fait partie du 9ème Rangers. Comme son prénom le signale déjà, Lucky est un jeune-homme qui aime la vie et cette dernière le lui rend bien : il est beau, il est volontaire, il remporte toutes les parties de poker sur le bateau et il a une magnifique fiancée qui l’attend de l’autre coté de l’Atlantique. Et il tire le numéro 148. Quand à Oscar, il pioche le numéro 4.

Oscar propose alors un marché à Lucky : échanger son numéro contre le sien. En échange, Oscar s’engage à lui verser la modique somme d’1 million 44 dollars, une fois rentrés aux Etats-Unis. L’argent sera versé à Lucky, s’il survit, ou à Alice, sa fiancée, s’il meurt sous les balles des Allemands. Lucky accepte… et meurt lors du débarquement du 06 juin 1944, après avoir reçu plus d’une dizaine de balles.

Mais comme je vous le disais plus haut, Oscar n’est pas un héros… Ce n’est que 20 ans plus tard, lors d’une commémoration en Normandie, qu’Alice apprend l’existence de ce contrat. Pour honorer la mémoire de l’homme qu’elle aime toujours, elle décide d’embaucher un détective privé et de rencontrer la famille Arlington.

Ce roman est le premier que l’auteur ait écrit. Gravé dans le sable a dormi 10 ans dans un tiroir de Michel Bussi avant de paraitre sous le titre de l’Ardoise d’abord, puis sous le titre d’Omaha crimes, pour enfin acquérir ce titre-là. Il est donc probable que vous l’ayez lu, mais sous un titre différent.

Concernant mon avis de lecture, je dirais qu’il y 20 ans, l’auteur avait déjà le goût pour ficeler des intrigues romanesques très twistées ! De plus, l’aspect historique permet de revisiter le débarquement en Normandie sous différents angles. Les personnages sont attachants, et, comme tous les Bussi, le livre se lit très vite. C’est de nouveau un excellent roman (parmi beaucoup d’autres à découvrir sur le site) que je vous invite à lire.

478 pages / Dernière version publiée chez Pocket en mai 2021 (paru initialement chez les Presses de la Cité en 2014)


Posts récents

Voir tout

Comentarios


Post: Blog2 Post
bottom of page