VOYAGE AU BOUT DE L’ENFANCE – Rachid BENZINE- Roman

Dernière mise à jour : 21 févr.


voyage au bout de l enfance rachid benzine
Voyage au bout de l'enfance

Je suis partie à la découverte de l’écriture de Rachid Benzine, auteur contemporain français d’origine marocaine. Enseignant et chercheur engagé, il est l’une des figures emblématiques de l’Islam libéral francophone. Dans son dernier roman, Voyage au bout de l’enfance, il nous raconte l’histoire de Fabien qui est en CE2 et dont les parents décident de quitter Sarcelles pour la Syrie, à Raqqah. Fabien n’existe plus. Dorénavant, il s’appelle Farid.


« Papa et maman m’ont dit que j’avais une chance extraordinaire de vivre dans l’État islamique. Que tout était fait pour les musulmans et que plus jamais on aurait affaire aux kouffâr. Que c’était une bénédiction d’Allah. Alors j’ai pleuré en me cachant. Parce que moi je voulais lire mes poésies à monsieur Tannier. Et je voulais voir mes copains et mes copines de Sarcelles. M’en fous qu’ils soient kouffâr, moi. Mon copain Ariel il est juif. Il m’a jamais embêté parce que j’étais musulman. » (P.13)


Une génération sacrifiée : De la France à la Syrie, en passant par l’état islamique et les camps de réfugiés pour femmes et enfants, l’auteur nous fait vivre une expérience profondément bouleversante à travers les yeux de ce petit garçon. Écrire de la poésie, c’est le refuge de Fabien. Mais au plus profond de la nuit, entre déracinement, endoctrinement, violence et incompréhension, comment, Fabien arrivera-t-il à survivre à la violence du monde ?


« Je me rappelle, j’ai commencé un dimanche matin à l’école de lionceaux. On m’a donné un treillis, un bandana noir avec des versets du Coran dessus et j’ai rejoint les autres de ma classe. » (P.23)


Voyage au bout de l’enfance dénonce l’horreur de la guerre, celle des camps de réfugiés qui s’avèrent être des lieux de déshumanisation et de torture. Dans les livres d’histoire, on apprend aux enfants l’abomination dont ont fait preuve les nazis il y a presque 100 ans. On imagine que toutes ces horreurs sont bien loin derrière nous, que l’être humain a su tirer des leçons de l’Histoire. Lorsque nous lirez ce roman, et que vous tournerez jusqu’à la dernière page, vous réaliserez qu’il n’en est rien !


« Les malheurs des enfants, je crois que ça n’intéresse jamais vraiment les gens. Sinon, ça ferait longtemps qu’on les ferait plus souffrir. Et il y aurait depuis longtemps une Convention internationale des droits de l’enfant. » (P.79)


Cet ouvrage m’a profondément bouleversé. Il est écrit avec toute l’innocence d’un enfant jeté avec la plus grande cruauté dans les flammes de l’enfer sur Terre. On ne sort pas indemne de cette lecture, car, à travers cette vérité teintée de sang et de larmes, Rachid Benzine nous déchire le cœur.


À lire !


« Le roman est une forme de langage qui permet de s’identifier à cet enfant. Cela parle à notre imaginaire. Le roman, c’est aussi une rhétorique du sensible. » Rachid Benzine


84 pages / Publié en janvier 2022 aux Éditions Seuil


#rachidbenzine #voyageauboutdelenfance #roman #etatislamique #endoctrinement #guerre #violence #horreur #syrie #roman #temoignage #janvier2022 #editionsseuil #victimes


210 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout