• Bernier-Barbé Béatrice

FILLE FEMME AUTRE – Bernardine EVARISTO – Roman



Où allons-nous ? En Angleterre


À quelle époque ? Contemporaine, avec des retours dans les passés de toutes ces femmes


Venez, je vous raconte de quoi il est question :


Fille, Femme, autre est un roman-fleuve qui retrace l’histoire de vies de onze femmes, reliées de manière directe ou indirecte les unes aux autres. Elles vivent toutes en Angleterre, à l’exception d’une qui est partie depuis des années s’installer aux États-Unis. Elles ont entre 19 et 90 ans et sont toutes des filles d’immigrés Africains ou Caribéens. Le douzième portrait, le seul qui soit masculin, c’est celui de Roland, le père biologique de Yazz, la fille d’Amma.


Amma sera le fil conducteur du roman. Le livre débute sur sa vie, son passé, ses aspirations futures. Elle est sur le point de vivre la consécration de sa carrière artistique : la présentation de sa dernière pièce de théâtre au National Theatre de Londres, intitulée « Les dernières Amazones du Dahomey ». Suivra l’histoire de Yazz, sa fille, étudiante à l’Université, puis celle de Dominique (très liée à Amma) qui tombe amoureuse d’une femme plus âgée qu’elle et qui quitte l’Angleterre pour les États-Unis…


À mon humble avis :


Lorsque l’on se lance dans ce style d’écriture avec de très nombreux personnages, on tente de relever un pari audacieux, car rien ne garantit que la lectrice ou le lecteur accrochera à l’ensemble des protagonistes, à leurs histoires de vies, reparties de manière homogène. Pour ma part, c’est ce qui s’est passé. Autant, j’ai beaucoup aimé suivre le destin de Carole, de Dominique, de Shirley (Mrs King) ou de AGM (Hattie Jackson), autant je n’ai pas accroché avec d’autres. Du coup, j’ai eu le sentiment de devoir me forcer pour venir à bout des 469 pages.


En contrepartie, j’ai grandement apprécié découvrir l’Histoire de ces communautés d’immigrées d’origine Afro et évoluant dans une Grande-Bretagne contemporaine.

Dans ce roman militant et féministe s’entremêle le tableau de onze femmes toutes porteuses de souffrances de par leurs différences de couleur de peau, leur milieu social et leur choix sexuel. Elles sont les femmes, les mères, les filles, les autres de l’Angleterre actuelle.


Ce qui fait la différence :


Clairement, si les histoires d’amour entre deux personnes du même sexe vous mettent mal à l’aise, ce roman n’est pas fait pour vous. Idem si, pour vous, la notion de non-genre (ni masculin ni féminin) vous pose problème. En effet, pour aborder ce roman, il est nécessaire d’avoir l’esprit ouvert.


Un des autres aspects de ce roman qui fait sa différence, c’est la quasi-absence de ponctuation sur plus de 450 pages. J’avoue que cet aspect du livre m’a dérouté. Les dialogues ne sont pas marqués, les points sont inexistants. Autant le thème de l’homosexualité ne me pose aucun problème, autant l’absence de majuscules, de tiret ou de points m’a dérangé dans ma lecture.


Enfin, j’aurais aimé que certains personnages soient plus développés. J’avoue être souvent restée sur ma faim alors que l’auteure enchainait déjà sur l’histoire d’une nouvelle femme, d’une nouvelle fille, d’une nouvelle autre. J’aurais aimé en savoir plus sur Carole par exemple, ou sur Latisha. Et je ne me suis pas tellement attachée à Yazz, la fille d’Amma et de Roland (le seul personnage masculin détaillé dans le livre).


Ce roman fait partie de la dernière sélection pour le Prix des Afriques 2021, décerné par La CENE Littéraire. Fille, femme, autre est en compétition avec Les lumières d’Oujda de Marc Alexandre Oho Bambe, Mère à Mère de Sindiwe Magona, La Danse du Vilain de Fiston Mwanza Mujila et Les Jango d’Abdelaziz Baraka Sakin. Rendez-vous le mois prochain pour découvrir le/la gagnant.e de la nouvelle édition.


Dommage pour ma consœur sénégalaise Falia, auteure de l’excellent roman Ci-Gisent nos Dieux, Karine Silla, auteure d’Aline et les hommes de guerre, Roukiata Ouedraogo avec Du miel sous les galettes, et Gaëlle Bélem avec Un monstre est là, derrière la porte. Leurs ouvrages faisaient partie de la première sélection.


469 pages / Septembre 2020 / Aux Editions Globe


#fillefemmeautre #bernardineevaristo #roman #traduitdelanglais #selectionprixdesafriques2021 #prixdesafriques #manbookerprize2019

109 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout